Bitcoin se vend à 36% de prime au Nigeria

Bitcoin se vend à 36% de prime au Nigeria

Crypto fund

Cela fait environ 11 jours que la Banque centrale du Nigéria a interdit à toutes les institutions financières réglementées de fournir des services aux échanges de crypto-monnaie dans le pays. Au risque de sanctions sévères, toutes les banques et institutions ont été invitées à fermer immédiatement les comptes des entreprises liées à la cryptographie.

À la suite de cette décision controversée, l’intérêt du public pour Bitcoin (BTC) au Nigéria continue de dépasser les autres pays, selon les dernières données disponibles de Google Trends. La forte prime de 36% sur le prix de Bitcoin au moment de la rédaction de cet article, le 16 février, est encore plus frappante.

La prime se traduit par un prix de 71150 $ par Bitcoin, par rapport au prix moyen du marché au comptant de 51314 $ calculé dans l’indice de prix de Crypto. La prime est également incomparable aux cinq autres primes les plus importantes au monde à l’heure actuelle: 3,24% en Afrique du Sud, et entre 1% et 3% en Argentine, au Pérou, en Malaisie et au Vietnam.

Comme une analyse Crypto l’a souligné la semaine dernière, l’impact immédiat de l’interdiction de la banque centrale semble avoir peu fait pour réprimer ce que son auteur a surnommé «l’hyperbitcoinisation» de la culture du commerce de détail dans le pays. Blockchain.com a publié un rapport en août 2020 révélant que le Nigéria était le pays le plus performant sur sa plateforme depuis avril de cette année. À l’époque, Google Trends reflétait également le classement permanent du pays en termes d’intérêt de recherche mondiale pour Bitcoin.

Citant les conséquences de l’interdiction de la banque centrale, la Securities and Exchange Commission du Nigéria a mis fin à son bac à sable réglementaire prévu pour les entreprises de cryptographie la semaine dernière.

Le sénateur nigérian Sani Musa a fait remarquer lors d’une séance plénière du Sénat le 11 février que Bitcoin constituait une menace importante pour la monnaie fiduciaire nationale, le naira, bien que d’autres législateurs aient contré son argument par un argument en faveur de la répression des acteurs voyous utilisant la crypto, plutôt que empêcher les citoyens de faire de «bonnes affaires» et de profiter des opportunités dans l’industrie de la crypto-monnaie.

Les représentants d’une entreprise de crypto-monnaie au Nigéria ont refusé de commenter Crypto sur la prime, invoquant un climat sensible suite à l’interdiction par la Banque centrale du Nigéria des services bancaires aux entreprises de cryptographie.