La Banque du Japon commencera à expérimenter avec le yen numérique

La Banque du Japon commencera à expérimenter avec le yen numérique

Crypto ca certificate chain

La Banque du Japon a annoncé qu’elle commencerait à expérimenter avec une monnaie numérique de la banque centrale (CBDC) pour vérifier sa faisabilité d’un point de vue technique.

La BoJ veut numériser l’argent liquide, mais il reste à voir si le Japon peut rattraper la Chine qui a déjà commencé à tester sa propre CBDC. C’est la première fois que la BoJ révèle qu’elle entamerait un processus de validation de principe (PoC) avec le yen numérique, mais la banque n’a pas encore dévoilé de calendrier.

Dans un rapport intitulé Obstacles techniques pour la CBDC, la banque a déclaré qu’elle “vérifierait la faisabilité de la CBDC d’un point de vue technique, collaborerait avec d’autres banques centrales et institutions compétentes et envisagerait d’introduire une CBDC”.

En février, la nouvelle est apparue que les banques centrales de Grande-Bretagne, de la zone euro, du Japon, du Canada, de la Suède et de la Suisse avaient annoncé un plan de collaboration pour rechercher des émissions de devises numériques.

Obstacles majeurs

La BoJ pense qu’il existe deux obstacles techniques majeurs: l’accès universel et la résilience. Le premier se réfère à fournir l’accessibilité à tout le monde, y compris ceux sans smartphone. Étonnamment, selon Nikkei, en 2018, seulement 65% des Japonais avaient des smartphones. BoJ a déclaré “qu’il est important de développer CBDC pour qu’il soit accessible à une variété d’utilisateurs”.

La «résilience» fait référence à la disponibilité hors ligne lorsque l’alimentation électrique est en panne. La BoJ a souligné l’importance de l’accessibilité dans tout type d’environnement, même dans une situation d’urgence telle qu’un tremblement de terre.

Yen numérique et blockchain

La BoJ envisage d’utiliser ou non la blockchain pour la CBDC. Un système centralisé a le mérite «d’avoir de grandes capacités et une vitesse de transaction rapide» mais l’ensemble du système peut tomber en panne en raison de l’existence d’un seul point de défaillance.

En revanche, les CBDC basés sur DLT peuvent surmonter un seul point de défaillance et faire preuve de résilience mais nécessitent plus de temps pour effectuer les transactions car les réseaux de chaînes de blocs nécessitent un consensus entre plusieurs valideurs.

La BoJ a conclu:

“Les types centralisés et décentralisés ont des avantages et des inconvénients […] dans le cas de transactions massives pour des cas d’utilisation de détail dans les pays avancés, il est préférable d’adopter le type centralisé […] dans le cas où le montant de la transaction est limité et où la résilience et les possibilités futures sont prioritaires, il est possible d’envisager le type décentralisé. ”

En avril, le yuan numérique chinois aurait été testé dans les villes de Shenzhen, Chengdu, Suzhou et Xiongan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *