Les investisseurs de détail ne sont en grande partie pas impliqués alors que le prix du Bitcoin poursuit 40000 $

Les investisseurs de détail ne sont en grande partie pas impliqués alors que le prix du Bitcoin poursuit 40000 $

Azure crypto

De nombreux investisseurs se sentent validés sur le marché de la crypto-monnaie maintenant que le prix de Bitcoin a établi un nouveau record de 34 778 $.

La dernière fois que le Bitcoin (BTC) a été échangé près de ce niveau, c’était lors de la course haussière de 2017, lorsqu’il a atteint un sommet d’environ 19783 $. Même les médias grand public ont pris note, y compris le New York Times, qui a observé que le rassemblement actuel avait «une sensation très différente de celle de la dernière fois».

Beaucoup de membres de la communauté des crypto-monnaies seraient d’accord. Par conséquent, il est essentiel d’examiner de plus près les facteurs qui motivent le rallye actuel.

Le «Joe moyen» ne dirige plus l’émission

En 2017, on pensait en grande partie que la course haussière de Bitcoin avait été alimentée par des investisseurs de détail qui plaçaient des paris spéculatifs sur un marché naissant de la BTC et d’autres crypto-monnaies à plus petite capitalisation suite à l’engouement initial pour l’offre de coins.

À cette époque, il y aurait des millions d’investisseurs de détail en Corée du Sud, au Japon et en Chine qui sont devenus une force sur le marché. À l’époque, c’était le «Joe moyen» qui alimentait le gain de plus de 1300% de Bitcoin cette année-là, comme le souligne le Wall Street Journal, le stratège en chef du marché du groupe IG, Chris Weston.

Part du trading Bitcoin basée sur la devise impliquée. La source: Le journal de Wall Street

Les échanges en dollars américains augmentent à mesure que Wall Street arrive

Avance rapide jusqu’en 2020, et le paysage des investisseurs a radicalement changé. Les investisseurs institutionnels, qui sont restés largement en marge de la première course haussière, ont été cette fois le visage du rallye.

On s’attend en grande partie à ce que ces investisseurs prennent des positions de portefeuille à long terme sans intention de vendre de si tôt. Ils affluent également vers les marchés à terme de Bitcoin, où l’intérêt ouvert sur le Chicago Mercantile Exchange a récemment dépassé le milliard de dollars, et ils renforcent leurs bilans avec BTC plutôt que de le laisser reposer en espèces.

S’il n’est pas inhabituel pour les investisseurs institutionnels d’être en avance sur la courbe, il convient de répéter qu’ils n’étaient pas les premiers à sortir de la crypto. En fait, bon nombre des dirigeants des entreprises américaines qui entrent maintenant dans Bitcoin pour la première fois sont désormais ceux-là mêmes qui ont rejeté Bitcoin à l’époque.

Par exemple, en octobre, PayPal a annoncé qu’il prendrait en charge les transactions de crypto-monnaie entre les 26 millions de marchands de sa plate-forme. Les utilisateurs peuvent également acheter, conserver ou vendre des crypto-monnaies sur la plate-forme PayPal, notamment Bitcoin, Ether (ETH), Litecoin (LTC) et Bitcoin Cash (BCH).

L’ironie est que Bill Harris, l’ancien PDG de PayPal, a averti en 2018 que Bitcoin n’avait aucune valeur et se dirigeait vers zéro – il l’a même qualifié d’arnaque. PayPal n’a d’égal que Jack Dorsey’s Square pour le rythme auquel les grandes entreprises achètent du Bitcoin.

Selon Warren Buffett de Berkshire Hathaway, les entreprises de Wall Street ont auparavant évité Bitcoin en raison de sa volatilité, le qualifiant au mieux d’actif risqué et de «rat poison» au pire. Bien que Buffett ne soit pas encore venu sur la crypto, d’autres grands investisseurs se lancent.

Les commerçants milliardaires de Paul Tudor Jones à Stanley Druckenmiller sont devenus optimistes sur Bitcoin, tous deux vantant la principale crypto-monnaie sur l’or physique.

En 2017, le PDG de JPMorgan, Jamie Dimon, a menacé de licencier les employés qui échangeaient Bitcoin, mais la société publie maintenant des rapports d’analystes haussiers sur l’actif numérique. Larry Fink, PDG de BlackRock – le plus grand gestionnaire d’actifs au monde – semble également se réchauffer vers Bitcoin, suggérant que ce n’est pas hors du domaine des possibilités que Bitcoin «évolue vers un marché mondial». Il a déclaré:

«Bitcoin a attiré l’attention et l’imagination de nombreuses personnes. Encore non testé, marché assez petit par rapport aux autres marchés. »

Pendant ce temps, Michael Saylor, PDG de MicroStrategy, a été l’un des premiers à pénétrer dans l’espace Bitcoin dans les entreprises américaines, mais il n’a pas toujours été un fan. En 2013, Saylor a déclaré que les jours de Bitcoin étaient comptés et que le marché était destiné à subir un sort similaire à celui des jeux d’argent en ligne.

Puis, dans une tournure inattendue des événements, Saylor a décidé de faire de Bitcoin le principal actif de réserve de trésorerie de la société, récupérant 425 millions de dollars de BTC pour le bilan. Cet investissement vaut 1,56 milliard de dollars au dernier chèque. Le 4 décembre, Saylor a augmenté la mise en achetant encore plus de BTC.

C’était avant, c’est maintenant

Une autre différence clé est que le prix de Bitcoin a commencé l’année en 2017, s’échangeant à environ 1000 dollars. En 2020, le prix de BTC a commencé à s’échanger à 7200 $. Donc, c’est beaucoup plus cher aujourd’hui, et tous les investisseurs particuliers peuvent ne pas se rendre compte qu’ils n’ont pas à acheter un Bitcoin entier pour obtenir une exposition à l’actif.

La mouche dans la pommade en 2020, cependant, était COVID-19. Pour les investisseurs individuels, le ralentissement économique pourrait avoir jeté une clé dans tout plan d’investissement. Le chômage aux États-Unis, par exemple, oscille à 6,7%, ce qui signifie que l’économie a encore une pente raide à gravir si les investisseurs maman et pop vont se sortir du trou de la pandémie.

Un chômage élevé se traduit par un faible revenu disponible, et l’oncle Sam n’a pas été trop utile. Bien que la CTB puisse être conçue pour être une grande force de démocratisation, ce contrôle ne peut pas être exploité par des personnes aux prises avec les réalités économiques de 2020.

De plus, contrairement à 2017, les investisseurs d’Asie de l’Est auraient déchargé leur Bitcoin cette année à un rythme sans précédent.

Les guichets automatiques Bitcoin sont à l’avant

Bien que le marché de la crypto-monnaie puisse en rester à ses débuts, il est plus mature qu’il ne l’était en 2017. Une grande partie de la mousse a été éliminée et n’est plus considérée comme le Far West à bien des égards.

Malgré toute hésitation des investisseurs de détail, les canaux d’entrée se développent rapidement, de nouveaux échanges étant de plus en plus mis en ligne, y compris ceux qui sont de nature décentralisée. Pendant ce temps, les guichets automatiques Bitcoin, qui deviennent une passerelle compétitive et pratique pour les investisseurs de détail, étendent leur empreinte à travers le monde.

Contrairement aux investisseurs institutionnels, tels que Jack Dorsey, dont l’approche d’achat de Bitcoin est si complexe qu’il a publié un livre blanc sur l’investissement à ce sujet, les investisseurs particuliers peuvent se tourner vers quelque chose de familier avec les guichets automatiques Bitcoin, ou BTM.

Alors que le marché du BTM commence à mûrir et que la liste des véritables opérateurs s’élargit, les investisseurs de détail en cryptographie peuvent enfin avoir une porte d’entrée facile. Par exemple, CoinFlip, l’un des plus grands opérateurs BTM, a déployé des milliers de BTM à travers les États-Unis, en se concentrant sur les endroits où les gens sont sans compte bancaire ni accès à Internet.

Cette approche cash-to-Bitcoin offre aux investisseurs particuliers une méthode simple et pratique pour entrer sur le marché Bitcoin et, selon Ben Weiss, directeur de l’exploitation de CoinFlip, est conçue pour autonomiser ceux qui sont exclus du système bancaire traditionnel.

Cependant, tous les guichets automatiques Bitcoin ne sont pas égaux et certains opérateurs louches facturent des frais de l’ordre de 20% – une pratique qui va à l’encontre des principes de démocratisation sur lesquels Bitcoin a été fondé. Heureusement, un nombre croissant d’entreprises ont tendance à réduire les frais, CoinFlip et CoinSource prenant respectivement 6,99% et 11%.

Alors que les entreprises modérées réduisent leurs frais et que les opérateurs prédateurs de guichets automatiques Bitcoin s’estompent, les investisseurs particuliers peuvent à nouveau profiter d’un accès facile à un actif numérique dont la popularité ne fait que croître.

Joshua Harrison est un entrepreneur et un investisseur crypto basé à Londres. Il est le co-fondateur de Harrison & Keen Trade – une société de trading et de prévision de crypto-monnaie. Harrison est également actif dans le domaine des paiements numériques, où il conseille les entrepreneurs sur leur déploiement sur le marché et leurs stratégies de conformité.

Les vues et opinions exprimées ici sont uniquement celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les vues de Crypto.com. Chaque mouvement d’investissement et de trading comporte des risques, vous devez effectuer vos propres recherches lorsque vous prenez une décision.