EMusic lance un jeton pour aider les artistes à gagner plus

EMusic lance un jeton pour aider les artistes à gagner plus

Crypto analyse telegram

Le magasin de musique numérique pionnier eMusic a lancé son jeton eMU pour aider les musiciens à gagner plus de redevances.

Selon une annonce publiée par eMusic le 26 mai, la firme a lancé son token dans le but de créer un écosystème musical durable. L’actif cryptographique eMU est une méthode de paiement conçue pour permettre aux artistes sur la plate-forme de conserver une plus grande partie des redevances qu’ils gagnent.

Le président de la firme, Tamir Koch, a déclaré que le streaming n’avait pas bien fonctionné pour les artistes:

«Le streaming a considérablement augmenté les revenus et l’adoption, mais le modèle s’est avéré fondamentalement défectueux. […] Les artistes endurcis reçoivent une fraction des redevances, tandis que les intermédiaires prennent une part croissante du gâteau et les principaux services restent déficitaires. »

Flux transparent de redevances aux artistes

Koch a déclaré que le jeton eMU crée un nouveau modèle commercial qui se traduit par un flux de fonds plus équitable entre les fans, les artistes et les services de musique. Un porte-parole d’eMusic a déclaré à Crypto:

«Blockchain nous permet de décentraliser la distribution de musique afin que nous puissions débloquer plus de revenus pour les artistes, et offre une transparence sans précédent sur la consommation de musique. La beauté du jeton eMU est qu’il va bien au-delà de la facilitation des transactions; cela nous permet également d’offrir un certain nombre de fonctionnalités directes aux fans telles que des récompenses instantanées, des marchandises, du financement participatif et bien plus encore. »

Les jetons peuvent être dépensés en musique et sont garantis toujours suffisants pour au moins une chanson. Les fans qui interagissent sur la plate-forme seront récompensés par des jetons pour des actions telles que le partage de musique et de critiques.

Les jetons peuvent également être utilisés pour financer financièrement les activités d’un artiste, comme une visite. À long terme, le jeton peut également être ajouté à des plateformes tierces.

Les artistes qui proposent leur musique sur la plateforme reçoivent 50% des revenus qu’ils génèrent. Bien que cela puisse ressembler à une scission injuste pour certains, la firme a déclaré que les dispositions habituelles étaient bien pires:

«Les principaux services de musique paient la musique en fonction de la part des revenus, tandis que les paiements aux artistes sont basés sur un modèle par utilisation. Cela signifie que si vous écoutez un artiste sur Spotify et que vous payez 9,99 $ pour le mois, Spotify paie soixante-quinze pour cent, mais les artistes n’en voient qu’une petite partie. Au milieu, vous avez des intermédiaires tels que des agences de recouvrement qui versent aux artistes une pièce par jeu. »

Lancé en 1998, eMusic est connu pour être l’un des premiers sites Web à vendre des enregistrements de musique MP3 sans DRM. Selon le site Web de données de l’entreprise Owler, l’entreprise emploie 278 personnes et réalise un chiffre d’affaires annuel de 65,7 millions de dollars.

Les crypto-monnaies vont-elles dissocier l’industrie de la musique?

Beaucoup croient que les actifs cryptographiques ont le potentiel de changer considérablement l’industrie de la musique grâce à leur capacité à éliminer les intermédiaires. Eric Doyle, consultant indépendant en marketing technologique et relations publiques, a déclaré à Crypto l’année dernière:

«Avec la possibilité de contourner une grande partie de la prise de bénéfices, les musiciens et les auditeurs commencent à s’intéresser aux façons dont le DLT peut changer l’industrie. Par exemple, Tune.fm est une plate-forme de streaming musical qui utilise une crypto-monnaie (le jeton JAM) alimentée par le réseau DLT Hedera Hashgraph. JAM permet aux musiciens de recevoir automatiquement des micropaiements pour chaque seconde de musique diffusée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *