La branche drogue et crime de l’ONU conseille au Kenya d’utiliser la blockchain contre la corruption

La branche drogue et crime de l’ONU conseille au Kenya d’utiliser la blockchain contre la corruption

Comparatif plateforme crypto monnaie

La technologie blockchain peut aider des pays comme le Kenya à ne pas perdre des milliards de dollars à cause de la corruption, selon un responsable de l’agence des Nations Unies contre la drogue et le crime.

David Robinson, le conseiller régional anti-corruption du Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, estime que les nouvelles technologies comme la blockchain aideront le Kenya à lutter contre la corruption du gouvernement et d’autres crimes économiques.

Selon Nation Media Group, le 3 novembre, Robinson a affirmé que les solutions basées sur la blockchain peuvent fournir une traçabilité complète des transactions, protégeant les registres publics de la fraude et de la falsification. Le fonctionnaire a déclaré:

«La technologie blockchain devient attrayante pour la communauté mondiale et les organisations internationales car c’est un outil qui peut être utilisé pour potentiellement prévenir la corruption et protéger les registres publics contre la fraude et la falsification.»

Robinson a déclaré que les technologies comme la blockchain sont un outil important pour accroître la confiance, car la corruption représente une violation de la confiance du public. «La confiance en ligne est devenue un atout clé pour les transactions entre étrangers et pour renforcer la confiance dans le gouvernement», a-t-il déclaré.

Le Kenya perdrait chaque année jusqu’à un tiers de son budget à cause de la corruption en raison d’un manque d’équipements et de technologies modernes pour lutter contre la corruption. Le fait de ne pas suivre les affaires de corruption entraînerait une perte de 6 milliards de dollars par an au pays.

Un certain nombre de pays à travers le monde considèrent à la fois la technologie blockchain et la cryptographie comme des outils potentiels pour lutter contre la corruption. En septembre 2020, le ministère des Affaires étrangères du Danemark a publié un rapport analysant l’utilisation de la blockchain dans la lutte contre la corruption. En juillet, le président du service anti-corruption du Kazakhstan a appelé l’État à développer une monnaie numérique nationale pour lutter contre la corruption dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *