Le réseau IoT sans fil basé sur la blockchain se développe en Europe

Le réseau IoT sans fil basé sur la blockchain se développe en Europe

Gemini crypto

Peer-to-peer, ou P2P, le réseau sans fil crypté Helium a annoncé son expansion en Europe après son lancement en Amérique du Nord.

Selon une annonce du 18 juin partagée avec Crypto, Helium commencera à expédier les points d’accès de son réseau en Europe en juillet.

L’annonce note également que la société vient de lancer Helium Tabs. Les onglets d’hélium sont des appareils qui exploitent le réseau décentralisé à des fins de suivi. Selon le site officiel, leur autonomie est supérieure à 6 mois.

Les hotspots sont à la fois des points d’accès sans fil à faible puissance accessibles jusqu’à 10 miles de distance et des nœuds sur la blockchain Helium. Le fonctionnement des nœuds est récompensé en utilisant les jetons Hélium (HNT) de l’entreprise. Les nœuds sont également accessibles via l’Internet des objets, ou IoT, des appareils conformes à la norme de télécommunication sans fil à faible puissance LoRaWAN.

Le réseau est destiné à permettre aux appareils IoT d’accéder à un réseau sans fil. Il agit également comme une passerelle vers Internet et nécessite très peu d’énergie de la part de l’appareil. Les appareils sur le réseau peuvent également envoyer des transactions via la blockchain Helium.

Un réseau en pleine expansion lancé par un vétéran du P2P

Le réseau comprend déjà plus de 4 255 points d’accès, dont la plupart sont situés aux États-Unis. Selon l’annonce, le réseau d’Helium couvre actuellement plus de 700 000 miles à travers l’Amérique du Nord dans 1 000 villes. Il convient de noter que la firme a lancé ses nœuds de réseau sans fil il y a environ un an, à la mi-juin 2019.

Notamment, le PDG et cofondateur d’Helium, Amir Haleem, a précédemment fondé le logiciel Internet de partage de fichiers P2P, Napster. Le logiciel autorisé était un réseau de partage de fichiers largement utilisé lancé en 1999, après quoi des poursuites judiciaires par des maisons de disques accusant Napster de faciliter la violation du droit d’auteur ont entraîné la fermeture du service en 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *