Vont-ils ou non? Les banques centrales se regardent les mouvements de monnaie numérique de l’autre

Vont-ils ou non? Les banques centrales se regardent les mouvements de monnaie numérique de l’autre

Crypto crew university

Le Canada ne veut pas de «surprises» concernant les monnaies numériques des banques centrales. Dans une récente entrevue avec Reuters, le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, a doublé l’approche du plan d’urgence du pays envers les CBDC, soulignant qu’il ne voyait pas le besoin urgent d’en émettre un pour le moment.

Pour Macklem, la concurrence et la coordination interétatiques restent la question clé en ce qui concerne l’émission des CBDC. Il a déclaré aux journalistes:

«Si un autre pays en a un et nous n’en avons pas, cela pourrait certainement créer des problèmes. Nous voulons donc nous assurer que nous sommes prêts. Les devises traversent les frontières, et nous ne voudrions donc certainement pas être surpris par un autre pays. “

À cette fin, Macklem a déclaré que le Canada travaillait avec ses partenaires du G7 pour veiller à ce que l’information, la planification et les échéanciers éventuels des CBDC soient partagés.

Le pays a un projet de recherche collaboratif CBDC, Project Jasper, en cours depuis 2017, qui se concentre sur les applications de gros pour la monnaie numérique de la banque centrale. Jasper a notamment impliqué des expériences avec des technologies de registres distribués par le biais d’une coopération public-privé, impliquant R3, Accenture, J.P. Morgan Chase, l’Autorité monétaire de Singapour et la Banque d’Angleterre.

Le Canada a récemment cherché à recruter des talents pour le développement potentiel d’une CBDC, signalant son intérêt à travailler avec des candidats qui ont une connaissance approfondie des crypto-monnaies privées existantes et de leurs technologies sous-jacentes. En effet, mis à part d’autres banques centrales qui ont saisi l’initiative, la Banque du Canada considère également les coins stables du secteur privé, comme la Balance, comme un déclencheur potentiel qui justifierait de lancer le bal avec l’émission de CBDC.

De ce point de vue, le Canada s’aligne sur la zone euro et les États-Unis dans leur position agressive à l’égard des ambitions de monnaie numérique de Facebook.

Le mouvement de loin le plus ambitieux et le plus important dans le paysage des CBDC est le yuan numérique chinois, qui a déjà été testé dans les grandes villes et les régions économiques clés. Bien que cela ait certainement suscité des discussions sur une course aux CBDC chargée géopolitiquement, certains pays restent sceptiques sur le fait que le premier venu aura nécessairement un avantage.

Dmitri Peskov, un représentant spécial du président de la Fédération de Russie sur le développement numérique et technologique, a récemment fait valoir que les risques financiers liés à l’émission de CBDC sont si grands qu’il peut être plus avantageux d’attendre en marge et d’apprendre des expériences des autres avec la mise en oeuvre.

Le président de la Fed américaine Jerome Powell est d’accord, soulignant qu’il est “plus important pour les États-Unis de bien faire les choses que d’être le premier” et de se précipiter pour émettre un dollar numérique.

En effet, après avoir réalisé des progrès significatifs dans le développement et les projets pilotes de monnaie numérique, la Chine semble maintenant rattraper son retard sur le front législatif et réglementaire. La Banque populaire de Chine a publié la semaine dernière un projet de loi pour consultation publique qui cherche, entre autres garanties, à consacrer la primauté du yuan numérique sur les concurrents tiers potentiels.

Sur le front supranational, la Banque des règlements internationaux se coordonne avec la banque centrale du Canada – aux côtés de celles du Royaume-Uni, du Japon, de l’Union européenne, de la Suède et de la Suisse – pour évaluer en profondeur les CBDC d’un point de vue technique, réglementaire et institutionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *