Un avenir sans numéraire à venir? Rêve numérique utopique avec inégalités dystopiques

Un avenir sans numéraire à venir? Rêve numérique utopique avec inégalités dystopiques

Fiat crypto meaning

En Suède, les espèces en circulation ne représentent que 1% du produit intérieur brut du pays, et certains experts prédisent que le pays deviendra «totalement sans espèces» d’ici 2023. Dans les plus grandes villes de Chine, plus de 90% des gens utilisent WeChat Pay et Alipay comme leur principal mode de paiement, en espèces une seconde lointaine.

Il peut sembler que la transition vers un monde sans billets en papier et sans coins de monnaie en métal soit inévitable, mais cette semaine, une enquête nous a rappelé que les informations faisant état de la mort de l’argent liquide peuvent être considérablement exagérées. L’étude de Genesis Mining, intitulée «Perceptions et compréhension de l’argent 2020», rapporte que 60% des Américains sont opposés à l’idée de remplacer le papier-monnaie par de l’argent uniquement numérique. «Les Américains ne sont pas enthousiasmés par l’idée de se séparer définitivement de leur papier-monnaie», a commenté le PDG de Genesis, Marco Streng.

Comment expliquer ce résultat si la marche vers une société mondiale sans numéraire (c’est-à-dire où l’argent liquide n’est pas un moyen de paiement généralement accepté) est inexorable, comme certains – y compris Jonas Hedman, professeur au Département de numérisation de la Copenhagen Business School – ont posé?

«Il y a plusieurs raisons à cela», a déclaré Hedman à Crypto, notamment «le manque de confiance dans le gouvernement central et une infrastructure de paiement médiocre au niveau national. [in the U.S.]»Richard Holden, professeur d’économie à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, a déclaré à Crypto:« Le «billet vert» est emblématique d’une manière que les autres devises – à l’exception peut-être de la livre sterling – ne le sont pas. »

L’argent liquide peut rester pendant un certain temps

Mais peut-être que les États-Unis ne sont pas simplement une valeur aberrante, et il y a de sérieuses raisons pour lesquelles «l’absence de numéraire» pourrait ne pas éclater du jour au lendemain. Un dollar uniquement numérique pourrait être perçu «comme une incursion dans la vie privée et les libertés individuelles», a déclaré à Crypto Vinay Prabhakar, vice-président du marketing produit chez Volante Technologies – un fournisseur de solutions financières.

Une société sans numéraire peut également discriminer les pauvres, comme Vlad Totia, analyste des paiements au cabinet d’analyse et de conseil GlobalData, a déclaré à Crypto: «Une société numérique exige que les gens aient au moins accès à un appareil et à une connexion Internet afin de gérer leur Finances personnelles.” Mais beaucoup aux États-Unis et dans d’autres pays n’ont toujours pas cet accès, de sorte que l’élimination des risques en espèces prive encore plus les membres les moins aisés de la société de leurs droits – exacerbant les inégalités de revenus.

Il peut aussi y avoir des barrières psychologiques, a noté Holden: «Les gens utilisent l’argent liquide depuis longtemps, et il a fallu un changement de mentalité pour s’éloigner complètement de l’argent liquide. Mais de nombreux jeunes ne peuvent littéralement pas imaginer un monde pré-iPhone. »

Les économies avancées du monde gagneraient considérablement à passer au cashless, a poursuivi Holden. Les systèmes de paiement numérique pourraient freiner l’évasion fiscale et réduire les transactions illégales qui ont souvent lieu avec des espèces. Holden a noté: «L’argent liquide est maladroit à bien des égards: il est lent pendant les transactions, et le traitement de l’argent liquide prend du temps et implique une assurance coûteuse pour les entreprises.»

Utilisation de l’argent liquide

Hedman a mené des recherches pour montrer que la Suède est en passe de devenir la première société sans numéraire au monde d’ici mars 2023 – mais cette recherche a été effectuée avant la pandémie de coronavirus. Son calendrier a-t-il changé? “Cashless viendra beaucoup plus tôt”, a déclaré Hedman à Crypto. «L’utilisation d’espèces a considérablement baissé pendant Corona.»

Totia a convenu que COVID-19 a donné un coup de pouce à la tendance sans numéraire. «Lockdowns, fermetures temporaires d’entreprises, les gens ne sortent pas de chez eux, font leurs courses chez eux. […] Tous ces aspects ont poussé les gens à utiliser davantage les services bancaires et de paiement en ligne, car tout simplement, vous ne pouvez pas utiliser beaucoup d’argent en ces temps. “

Il y a aussi un aspect hygiénique. Une étude de 2017 dans laquelle des chercheurs ont testé des billets de 1 $ qui circulaient à New York a conclu que «l’argent pourrait potentiellement servir de médiateur au transfert interpersonnel de microbes». Les gens ne veulent pas toucher des factures qui ont circulé entre de nombreuses mains pendant une pandémie de coronavirus, a noté Totia, ajoutant:

«Cependant, la plus grosse bosse chez les utilisateurs a été les personnes qui étaient soit trop réticentes, à l’aise, âgées ou trop habituées à payer en espèces. Ces nouveaux ont été fondamentalement contraints d’utiliser une méthode de paiement plus pratique et plus simple […] et la plupart continueront probablement à utiliser ces services après le passage du COVID-19. »

“L’argent liquide peut être facilement perdu”

Prabhakar a déclaré à Crypto que les paiements numériques sont intrinsèquement plus sécurisés que l’argent liquide, qui peut être perdu et falsifié – et la récupération est presque impossible: «La plupart des transactions numériques offrent différents niveaux de sécurité et de répudiabilité, par exemple. la possibilité de contester un débit de carte de crédit, avec lequel les espèces ne peuvent pas rivaliser. »

Il y a aussi la question de la traçabilité: les transactions sans numéraire traditionnelles contiennent des informations essentielles sur les participants au paiement, y compris ce qui a été acheté et quand la transaction a eu lieu. «Cela rend le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale beaucoup plus difficiles», a ajouté Prabhakar.

Les paiements numériques sont peut-être plus respectueux de l’environnement. «L’argent liquide et les coins métalliques utilisent des ressources naturelles précieuses, dont certaines ne sont pas renouvelables et ne sont recyclables que jusqu’à un certain point: papier, cuivre, zinc, nickel, entre autres», a déclaré Prabhakar. «En fait, le coût de production en deux dénominations – les nickels et les centimes – dépasse leur valeur nominale. Les transactions numériques ont en comparaison un impact environnemental nul. »

Les partisans du paiement numérique soutiennent également que le temps, c’est de l’argent, de sorte que des paiements plus rapides devraient stimuler l’activité économique globale. Selon Totia: «Les paiements sans espèces, mobiles ou QR code sont beaucoup plus rapides que les paiements en espèces. Pour votre café moyen ou votre fourgonnette de restauration de rue, le temps est essentiel aux heures de pointe lorsque vous servez de longues files d’attente de clients. Économiser ne serait-ce que quelques secondes pour chaque client se traduit par plus de ventes à la fin de la journée. Appliquez-le à toutes les petites et moyennes entreprises d’un pays donné et vous aurez plus d’activité économique. »

L’étude de Hedman sur 750 détaillants suédois a révélé que lorsque les transactions en espèces représentent moins de 7% du total des transactions de paiement, le coût de gestion des espèces est plus élevé que tout profit réalisé sur les ventes au comptant. «Lorsque cela se produit, une direction de vente au détail économiquement rationnelle devrait cesser d’accepter des espèces.»

Une circonstance «mûre pour une exploitation dystopique»?

Mais il y a sûrement aussi des inconvénients. «Bon nombre des inconvénients ou dangers des paiements sans numéraire proviennent de la même source que leurs avantages», a noté Prabhakar. La traçabilité pourrait compliquer la tâche des criminels dans l’exercice de leur métier, mais elle pourrait également être préjudiciable aux citoyens honnêtes qui ont de bonnes raisons de garder les transactions privées, a-t-il déclaré:

«En payant certains types de médicaments – contrôle des naissances [pills], disons – avec de l’argent liquide, le payeur peut être sûr que si sa pharmacie ou son médecin est au courant de l’achat, la société de carte de crédit ou le fournisseur de téléphonie mobile ne le sait pas. Une monnaie numérique contrôlée de manière centralisée signifierait que le gouvernement aurait accès à toutes les transactions effectuées par tout le monde dans le pays, une situation propice à une exploitation dystopique.

En outre, si une économie de monnaie numérique peut réduire la fraude dans son ensemble, elle pourrait introduire de nouveaux risques de fraude à court terme qui pourraient causer une détresse généralisée. «Jusqu’à ce que la majorité des personnes utilisant une nouvelle technologie apprenne les ficelles de son fonctionnement, les fraudeurs cibleront ces points de moindre résistance associés à une nouvelle application ou à un nouvel appareil», a déclaré Totia. «La fraude ne sera pas nécessairement plus courante ou moins courante, elle sera différente et à court terme.»

L’absence d’argent découragera-t-elle vraiment le crime?

Beaucoup acceptent pour argent comptant la proposition selon laquelle une société sans numéraire serait une société moins criminelle. Friedrich Schneider, professeur émérite à l’université autrichienne Johannes Kepler, a mené des recherches approfondies sur cette question. Ses conclusions ont montré que les espèces anonymes facilitent l’évasion fiscale, en particulier pour ceux qui ne peuvent pas se permettre de transférer des fonds à l’étranger, mais ce n’est pas la principale raison de l’évasion fiscale et il est donc peu probable qu’elle l’élimine.

Il en va de même pour la criminalité et l’économie souterraine. En exécutant des simulations, Schneider a constaté que si l’argent liquide était complètement éliminé, l’économie souterraine ne serait réduite que de 20,1%. Concernant ses recherches, Schneider a déclaré à Crypto: «Le principal résultat scientifique est que l’argent n’est PAS la raison pour laquelle les gens travaillent dans l’économie souterraine. et / ou commettre des crimes. »

Lorsqu’on lui a demandé si le fait de passer sans numéraire pouvait réduire les crimes comme le blanchiment d’argent, Bernardo Batiz-Lazo, professeur d’histoire des technologies financières et du commerce mondial à l’Université de Northumbria, a déclaré à Crypto que c’était peu probable:

«Comme cela a été démontré en Inde, il est naïf de penser que la corruption et le blanchiment d’argent prendront fin par des moyens numériques. Si quoi que ce soit, les crypto-monnaies de style libertaire telles que Bitcoin sont plus favorables à ces activités.

Battre la société la plus vulnérable?

Une préoccupation peut-être plus inquiétante est qu’une société sans numéraire pourrait être une société moins équitable. Martin Chorzempa, chercheur au Peterson Institute for International Economics, a déclaré à Crypto: “Les personnes âgées, sans papiers et autres membres plus vulnérables de la société seraient confrontés à d’immenses défis si le papier-monnaie était entièrement éliminé, comme la Suède l’a découvert.” Pendant ce temps, Totia estime que le risque que les classes inférieures soient ostracisées économiquement est «le seul inconvénient majeur que je vois» avec l’élimination des liquidités.

Batiz-Lazo a noté que «la pandémie de COVID-19 pourrait avoir augmenté la demande d’argent liquide par les personnes dans les couches les plus basses de revenu et celles vivant dans les zones rurales,» et il voit le danger dans «les tentatives de précipiter l’économie britannique pour compter uniquement sur le sans contact et les paiements numériques. » Prabhakar craint qu’une société sans numéraire puisse exacerber les inégalités de revenus, nuisant aux minorités socio-économiquement défavorisées, aux travailleurs des industries de services – qui sont souvent payés en espèces – et à d’autres qui «n’ont ni accès au système bancaire ni aux outils technologiques pour participer pleinement à un économie.”

La Suède mènera-t-elle la marche?

Pourtant, le mouvement vers l’abolition du papier-monnaie semble s’accélérer, tout comme les spéculations sur le pays qui y parviendra en premier. Totia a déclaré: «La Suède a beaucoup de politiques politiques visant à faire du pays un pays sans numéraire, et cela pourrait bien en faire la première.» Cependant, il a également noté que la Finlande a également une chance, surtout si l’on considère qu’elle a une population plus petite. Les trois premiers de Totia, dans l’ordre, sont la Finlande, la Suède et la Chine:

«La Chine est plus compliquée en raison du fait qu’elle compte 1,4 milliard d’habitants. Cependant, les paiements par code QR sont extrêmement populaires, même dans les zones rurales les plus reculées. La Corée du Sud, la Norvège et peut-être le Royaume-Uni sont d’autres bons candidats pour le cashless dans les années à venir. »

«La Chine ou la Suède me semblent les alternatives les plus probables», a déclaré Holden. «Si Singapour voulait le faire, je pense qu’ils pourraient y parvenir très rapidement étant donné leur système de paiement avancé, leur taille relativement petite et leur gouvernement central fort.» Pendant ce temps, Prabhakar estime que: «En Asie, la Corée du Sud est un candidat, avec un taux de pénétration des smartphones de 95% et le haut débit le plus rapide au monde facilitant l’adoption des paiements numériques.»

Le soutien du gouvernement peut être nécessaire

En somme, tout mouvement mondial visant à abolir le papier-monnaie est voué à l’arrêt, avec des départs et des arrêts. COVID-19 a accéléré le processus, attirant de nombreux nouveaux utilisateurs de paiement numérique. Néanmoins, une intervention ou un soutien gouvernemental sous forme de subventions peut être nécessaire pour remédier aux inégalités qu’une société sans numéraire pourrait entraîner. «Il y a un grand risque que les gens qui ne sont pas experts en technologie ou qui n’ont tout simplement pas les fonds pour acheter et entretenir un smartphone soient essentiellement maintenus en dehors de l’économie active», selon Totia.

Crypto a demandé à Hedman s’il croyait toujours que l’absence de numéraire mondiale est inévitable, comme il l’a déclaré auparavant la pandémie a commencé. «Oui, avec le temps, c’est inévitable», a-t-il répondu, «mais dans les contextes où vous ne faites pas confiance au gouvernement, il y aura toujours des situations pour des solutions décentralisées – en espèces. Mais fondamentalement, ce sera le choix des consommateurs de payer en espèces ou non. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *